Avec le réchauffement climatique, les cycles naturels ancestraux sont remis en cause. Les épisodes de sécheresses ou de fortes intempéries se multiplient et contribuent à modifier radicalement notre accès à l’eau. L’augmentation des températures moyennes est de plus susceptible d’entraîner un accroissement substantiel du coût de traitement de chaque mètre cube remis dans le réseau domestique qui alimente nos habitations individuelles ou collectives

Pour pérenniser nos ressources en eau potable, les solutions et infrastructures actuelles d’épuration des eaux usées doivent être renforcées afin de recycler autant que possible chaque goutte qui entre dans nos réseaux de récupération des eaux de pluie et des eaux résiduaires. Pour ce faire, les industriels et les collectivités sont appelés à mobiliser des ressources financières croissantes afin de déployer des solutions techniques pertinentes en phase avec les enjeux de la crise climatique. En voici un aperçu.

Prétraitement des eaux à potabiliser

Le prétraitement des eaux à potabiliser consiste essentiellement à extraire de l’eau à traiter les boues qu’elle contient. Cette phase préalable permet un traitement efficace des boues et simplifie le processus ultérieur d’épuration des eaux potables afin de les rendre propices à la consommation humaine. Les eaux issues de la phase de prétraitement font l’objet de contrôles dans un laboratoire d’essais pour eau potable. Cette vérification régulière de la qualité du liquide permet de valider en permanence la pertinence des solutions techniques déployées dans la station d’épuration.

Développement du biomimétisme

Le biomimétisme consiste à s’inspirer de la nature pour développer des nouvelles techniques naturelles et sans rejet polluant de traitement des eaux usées. Grâce à ces avancées technologiques, il est possible de renouveler les eaux résiduaires grâce à des procédés respectueux de la nature et à bas coût. 

Le traitement des eaux par phytoépuration dans des marais artificiels ou par déseutrophisation dans des lagunes fabriquées permet d’obtenir une eau potable qui excède celle issue des stations d’épuration conventionnelles.